Écoles enfantines

Pour jouer à la maîtresse

Le jeu de “La petite maîtresse d’école” par Mauclair-Dacier.

Intervertir les rôles, changer de situation, en un mot rêver d’être un adulte, c’est le propre de l’enfant. À la fin du 19e siècle, dans les années 80, à la suite de Jules Ferry, l’école devient gratuite pour tous et l’instruction primaire obligatoire, devenant un moteur incontournable de l’ascension sociale. Au contact journalier avec le corps enseignant, façonnés par les “Hussards de la République”, admiratifs de leur savoir et de leur autorité, les enfants voudront les imiter. D’autant que, utilisant le vecteur des enfants scolarisés, les instituteurs au tournant du siècle, vont chercher à alerter leurs parents sur les dangers de l’alcoolisme et les nécessités de l’hygiène.

La Maison d’école par NK Atlas.

Faire la classe

On joua donc à l’école. Des jouets vont être créés et vendus dans les Grands magasins. Perchés sur une caisse faisant office d’estrade, les enfants vont faire la classe à leurs petits frères et sœurs, sinon à leurs poupées. De nombreux témoignages de ces jouets populaires nous sont parvenus, plus ou moins riches, plus ou moins pourvus de tables, de cahiers, de mappemondes. Le plus souvent ce sont des petites écoles nichées dans des boites imitant les murs et le toit d’une école avec à l’intérieur des poupées mignonnettes figurant la maitresse et les élèves comme ce jouet représenté ici, “La maison d’école” de la marque NK Atlas (maison Nicolas et Keller, active de 1904 à 1957, rue de l’Atlas, après sa reprise par Georges Bonnet en 1924), datant de 1920-1930.

Intérieur de “La Maison d’école”.

“La petite maîtresse d’école”

Plus exceptionnel est ce jouet nommé “La petite maitresse d’école”, de la marque MD (Mauclair-Dacier, active de 1893 à 1904, absorbée par Les Jeux réunis). Il était vendu dans les Grands magasins vers 1900. Contrairement au jouet précédent, il ne représente pas une école mais le bureau de l’instituteur ou de l’institutrice avec tout le nécessaire pour enseigner : cahiers, livres, crayons, boulier, mappemonde, cartes de géographie, plumes…, et, pour récompenser l’élève méritant, bien en évidence au milieu de l’ensemble, une médaille d’honneur. On peut imaginer que ces jouets ont suscité de nombreuses vocations…

Intérieur du jeu “La petite maîtresse d’école” complet de toutes ses fournitures scolaires.

Claude Lamboley

Collectionneur de jouets anciens

Estimation : 180 € pour le jeu NK Atlas “La Maison d’école” complet. A partir de 300 € pour “La petite maîtresse d’école” complet.